samedi 28 octobre 2017

Une idée derrière la tête




Un article sur un livre consacré à l'artiste Giulio Paolini

Clique ici : Archives de la Critique d'Art

Il y a deux ans j'étais reparti des Archives de la Critique à Rennes, où j'avais accompagné mes étudiants pour la préparation de leur mémoire, avec un livre confié par Sylvie Moktari pour que j'en fasse une note de lecture. Tout premier exercice de ce genre. Enthousiaste, j'en avais commencé la lecture en italien dans le train de retour à Paris. Puis j'avais laissé passer des mois et il aura fallu une relance pressante de la part de Sylvie Moktari pour que je m'attaque à la rédaction définitive et suffisamment concise de cette note de lecture. J'avais craint avoir la dent trop dure. J'avais essayé de peser mes mots. L'œuvre de Paolini, qui brasse abondamment images et idées étroitement liées à la perspective devrait me plaire. Or elle n'est pas de celles qui m'intéressent le plus. Je sais pourquoi. Et je le dis un peu dans ce texte. Paolini considère la perspective comme une langue morte. Il doit l'aimer suffisamment, mais comme une langue morte. Et son œuvre est interprétée comme une critique qui ressasse tous les poncifs habituellement convoqués. Or, on peut l'observer à tout instant, la perspective est tout ce qu'il y a de plus vivant.
Je viens seulement de relire ce petit texte disponible sur le site des Archives de la Critique et je me suis aperçu que je n'en suis pas mécontent.

On pourra interroger Google et les livres pour prendre connaissance des œuvres de Giulio Paolini dont j'aimerais bien visiter bientôt la fondation.


mardi 24 octobre 2017

A la toute fin de la rétrospective David Hockney du Centre Pompidou

Hier soir fermait ses portes définitivement à Paris la rétrospective David Hockney ouverte au public au Centre Pompidou depuis la fin du mois de juin. Je lui avais rendu une visite que je pensais la toute dernière mercredi dernier, 18 octobre, et dans la file d'attente réservée aux abonnés et aux visiteurs munis de billets une jeune chinoise juste devant moi m'ayant demandé quelle expositions étaient ouvertes en ce moment je lui avais conseillé Hockney qui était sur le point de se terminer. "J'adore." Et si vous voulez nous pouvons la visiter ensemble. Quelle aubaine, je pouvais faire le tour complet de toutes les salles en lui révélant ce que je savais des œuvres et de l'artiste que je connais depuis octobre 1974, date de mon arrivée à Paris, veille de mon entrée à l'université pour y étudier l'art. La veille j'avais couru au Mac Mahon voir une fois et demi A Bigger Splash qu'un article paru dans le Elle acheté par ma sœur Hélène à Laval m'avait convaincu d'aller voir. On entrait au cinéma quand bon nous semblait à l'époque et on pouvait pour le prix d'une entrée revoir le film à satiété. Merveille, je découvrais des bribes de la vie de cet artiste qui une semaine auparavant m'était totalement inconnu et les œuvres de l'exposition étaient montrées en cours de fabrication dans le film. Et quoi, à l'heure de Support Surface, de l'art corporel, de l'art Conceptuel, du minimalisme dont j'avais connaissance par la revue Art Press, lue depuis son premier numéro à Orléans, on exposait rue de Rivoli, au Musée des Arts Décoratifs, un artiste anglais de trente sept ans qui dessinait aux crayons de couleurs, des portraits, des tulipes, des scènes d'intérieurs avec des hommes et une femme, toujours la même, Célia. J'étais resté longtemps devant les dessins aux crayons de couleur, étonné, charmé, intrigué. Je préférais les peintures des débuts, plus rugueuses, ornées de maladresses exquises, plutôt que de suivre une tendance à la ressemblance photographique que la chronologie dévoilait. Quatre fois je suis allé voir l'exposition, quatre fois je suis allé voir le film, seul ou avec un ami à qui je vantais les mérites de l'un et l'autre. A l'université j'ai compris, car je n'étais pas bête et que je lisais les revues, qu'il ne me faudrait pas me vanter trop haut d'aimer ce peintre anglais, David Hockney. J'ai néanmoins trouvé une personne, Claudine Roméo, avec qui j'avais  découvert pouvoir m'en entretenir. Elle voyait tout comme moi des rapprochements sensibles entre Paul Klee et David Hockney. Et les jeux d'eau de David Hockney. Côté enseignement d'histoire de l'art, dans la toute nouvelle Fac de la rue de Tolbiac, empilement irrégulier de cubes bruns aux arêtes arrondies, j'avais un cours de cinéma, Jean-Paul Török nous y parlait de la Nouvelle Vague, j'ai eu l'occasion de faire un exposé sur un film d'Eustache vue quatre fois, Mes Petites amoureuses, de Jean Eustache que je découvrais totalement. J'ai gardé de la chanson du générique un goût immodéré pour Charles Trenet. 

lundi 31 juillet 2017

mercredi 11 novembre 2015

L'attrait du jaune citron






Hier j’ai acheté quatre blocs de papier aquarelle Fabriano avec 40 pour cent de réduction chez Géant des Beaux-arts, j’ai aussi acheté sept tubes de couleurs Rowney, je suis dorénavant enregistré comme client chez eux, j’ai eu un rouleau de papier cadeau un peu mondrianesque que je ne vais peut-être pas utiliser.
J’avais envie de tester tout de suite mon papier et j’ai posé sur ma table un citron bien jaune pensant que ce serait vite fait mais ce n’est que le soir assez tard que je l’ai dessiné en couleur avec principalement le jaune cadmium pâle un peu trop jaune sans doute mais qui correspond à l’impression qu’on peut avoir d’un aplat jaune impeccable. J’ai peint l’ombre aussi ce qui fait d’un seul coup deux images et j’ai multiplié par quatre l’opération, ce qui m’a apporté suffisamment de satisfaction pour compenser l’impression de tête vidée par la douleur lombaire qui occupe beaucoup trop le territoire de mon corps et le champ de mes pensées.